• Développement argumenté

    Méthode pour le développement argumenté

    (ou écriture personnelle)

     

    Objectifs / Capavités évaluées

    > aborder une question d'un point de vue critique, justifier son jugement, chercher l'adhésion de l'interlocuteur. La question posée doit donc susciter un véritable effort de REFLEXION et de DEMONSTRATION ARGUMENTEE.

     

    METHODE

     A - Préparation au brouillon (1 heure) 

    1 - Etude du sujet

    Il s'agit de bien cerner les enjeux du problème posé : le danger est de chercher à répondre tout de suite ; si l'on fait ça, on est certain de plaquer des idées toutes faites et on ne réfléchit pas. On passe alors à côté de l'exercice demandé. Réfléchir, ce n'est pas affirmer, c'est interroger sans cesse.

    1. Lire plusieurs fois le sujet, souligner les mots-clés et de les définir un par un au brouillon (synonymes, antonymes), même s'ils ont un sens connu => de ce travail naîtront déjà des pistes de réflexion.

    2. « Ouvrir » le sujet en répondant aux questions : Qui, Quoi, Quand, Où, Comment, Pourquoi ? (grille QQQOCP)

    3. Reformuler ensuite le sujet, le plus précisément possible ; si le sujet était une citation-affirmation, c'est le moment de le convertir en une question qui déplie le problème à traiter (la problématique)

    4. Formuler sa thèse (le point de vue que l'on souhaite défendre), en une phrase complète et correcte ; de la même manière, formuler la thèse adverse (avis auquel on s'oppose) => cette méthode permet d'ouvrir le débat.

     

    2 - Construction de la démonstration

    e. Mettre au point le plan de la réponse, en s'inspirant des modèles suivants :

    - il est vrai que car d'un point de vue économique / d'un point de vue politique, historique, psychologique, social.... [ plan par catégories ]

    - il est vrai que... parce que... / parce que... / parce que... [ plan démonstratif ]

    - il est assez vrai que... / cependant il faut aussi voir que... [ plan critique : OUI-MAIS ]

    - il n'est pas vrai que... / le problème est en réalité que... [ plan critique : NON-PLUTÔT ]

    - description du problème / causes / solutions [ plan analytique ]

    f. Enrichir et développer les idées 

    > illustrer systématiquement les arguments par des exemples concrets (mais pas personnels)

    > inversement, convertir les exemples en arguments

    > s'efforcer de compléter les idées trouvées, en les expliquant (« c'est-à-dire... »), en les démontrant ou en réfléchissant aux causes et aux conséquences (« du fait que... » / « donc... »)

    > prévenir les objections et les critiques que l'on pourrait vous faire

    >>> Il faut avoir à l'esprit que celui qui vous lit n'est jamais convaincu ; c'est à vous de le guider et de lui démontrer la justesse de votre point de vue. Pour cela il faut vous donner la peine de clarifier puis de justifier sans cesse votre pensée.

     

     B- Rédaction au propre (1 heure) 

    • Aérez la présentation pour faire apparaître l'organisation du développement en parties et sous-parties : sautez des lignes, ménagez des alinéa.

    • Utilisez un maximum de liens logiques, surtout à la jonction des différents paragraphes : ils mettent en évidence l'armature du développement, ils rendent le raisonnement plus convaincant.

    • Soignez le style : préférez des phrases simples et claires qui expriment avec netteté votre pensée et variez les formules (synonymes, périphrases).

    • N’hésitez pas à reformuler et à expliquer vos idées : votre priorité absolue, c’est la clarté et l'effort pour démontrer. Vous êtes entièrement responsable du fait que votre lecteur comprenne... ou non.

    • Relisez-vous pour corriger l'orthographe, qui compte dans la note. 

      >>> longueur attendue : une cinquantaine de lignes (environ 2 pages)

     

    MEMOS pour donner force de persuasion

     

    1) Travailler le registre 

    * le registre polémique consiste à adopter un ton vif et agressif (du grec polemikos, la guerre), à exposer son point de vue de façon à susciter le débat. Cela passe notamment par :

    - des exclamations et interrogations qui témoignent de la vigueur du ton (ex : "Ce pays est à toi ! et pourquoi ? parce que tu y as mis le pied ?")

    - un vocabulaire dépréciatif, des images dévalorisantes, de façon à disqualifier la thèse et les arguments que l'on combat.

    * le registre didactique consiste à prétendre faire la leçon à son interlocuteur (du grec didaktikos, instruire). Cela passe notamment par :

    - une énonciation impersonnelle, des présents de vérité générale, qui donnent force de loi aux idées avancées.

    - le recours fréquents à des formules ou sentences (ex : "Aucun homme n'a reçu le droit de commander aux autres" Diderot).

    - un effort de démonstration rigoureuse, marqué par de nombreux arguments et des liens logiques.

    * le registre satirique

    - recours à l'ironie (ex : Ruy Blas - "Bon appétit ! messieurs ! Ô ministres intègres ! / Conseillers vertueux ! voilà votre façon / De sevire, serviteurs qui pillez la maison !" (Hugo).

    - hyperboles et répétitions excessives (ex : "Rien n'était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées" Voltaire)

    - simplifications caricaturales (ex : "On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout bonne, dans un corps tout noir" Montesquieu)

      

    2) Utiliser au maximum des liens logiques

    Addition de 2 idées

    • d’abord, en premier lieu, pour commencer

    • ensuite, de plus, en outre, par ailleurs, j’ajoute

    • enfin, pour finir, bref, en somme, en conclusion

    Mise en parallèle (comparaison)

    • d’une part…d’autre part, de même, ainsi que, également, non seulement… mais encore

    Reformulation / explication

    • en d’autres termes, ce qui signifie, en effet, c’est-à-dire

    Explication des causes

    • parce que, grâce à / à cause de, en raison de, sous l’effet de, puisque, car, en effet, sous prétexte de, ce qui provient / résulte / découle

    Réflexion sur les conséquences

    • si bien que, de sorte que, c’est pourquoi, par conséquent, ainsi, aussi, au point que, dès lors, d’où, de ce fait, donc, ce qui entraîne / implique / provoque

    Présentation d'un exemple

    • notamment, par exemple, ainsi, comme (c’est le cas pour), en témoigne

    Opposition forte

    Opposition faible 

    • mais, en revanche, au contraire, inversement, et non, alors que, tandis que

    • or, toutefois, cependant, néanmoins, pourtant

    Concession

    • certes / il est vrai / sans doute / admettons … mais / cependant / pourtant / en réalité

    •  bien que, quoique, qui que, quel que, même si, en dépit de, quand bien même, malgré

     

    Barème

    Construction d'ensemble

    > intro qui présente la question

    > développement clairement structuré (au moins 2 x 2 §)

    > présence d'une conclusion

    4 pts

    1,5

    2

    0,5

    Développement de la réponse

    > solidité argumentative (effort de démonstration, liens logiques)

    > exemples et références

    > point de vue personnel clairement exposé et pertinent 

    12 pts

    5

    5

    2

    Langue et expression 

    > correction de l'orthographe et de la syntaxe, qualité de l'expression écrite

     4 pts