• Dossier 1ère année - Pouvoir de la langue, Langue du pouvoir et Langue de bois

    Nous évoluons dans des sociétés dites « de communication » qui, du fait de la circulation tous azimuts de l'information, se perçoivent comme démocratiques, rationnelles et transparentes.

    Dossier 1ère année - Pouvoir de la langue, Langue du pouvoir et langue de bois    

    C'est l'assomption du journalisme (et de son mythe : le "4è pouvoir", censé contrecarrer toute tentation totalitaire) à travers la variété infinie des supports ; c'est le règne apparent du droit de savoir grâce à l'accès de tous aux sources (mais pas toutes...) ; c'est le triomphe de la sacro-sainte liberté d'expression via la possibilité qui est laissée à chacun (pas tout le monde) de publier ses opinions ; c'est la multiplication des analyses et des experts en tous genres, censés promouvoir un discours objectif.  

    Ces moyens technologiques très poussés répandent l'idée que le mensonge est devenu impossible, et que s'il a lieu, il y a toujours moyen de le démasquer. Le mythe se renforce encore avec l'affaire Wikileaks : la parole d'Etat est un discours parmi d'autres, il ne fait plus autorité.

    Sommes-nous pour autant plus libres, définitivement protégés de toute forme de manipulation et de propagande ? Rien n'est moins sûr. On assiste au contraire à une curieuse uniformisation des pensées et à un phénomène de conditionnement très subtile, d'autant plus difficile à repérer (et à dénoncer) qu'on ne saurait le rattacher à une autorité quelconque.

    Que se passe-t-il ? C'est le règne du consensus, de l'opinion dominante, des jugements à l'emporte pièce, de la politique spectacle qui ne se soucie plus guère de convaincre mais seulement de séduire et de manipuler ; l'instantanéité de l'information et les exigences de l'audience ont congédié la réflexion et le débat ; la démultiplication des supports et des sources ont nivelé les opinions : toutes se valent (ce qu'on nomme la « pluralité », également promue par l'idéologie libérale pour laquelle l'information est un produit comme un autre, qui se vend plus ou moins bien suivant les stratégies). L'économie de la visibilité dont parle D. Cardon, ajoutée au règne de l'immédiateté, ont semble-t-il détruit le temps et l'espace nécessaires à l'élaboration d'une pensée libre. La plupart de nos contemporains, jusqu'aux journalistes, tout en étant parfaitement informés, n'ont absolument aucune conscience de cultiver des idées reçues et de répandre malgré eux une idéologie.

    Une idéologie est un ensemble de valeurs qui conditionnent la manière dont nous nous représentons notre monde et ce que nous voulons en faire (ex : l'idéologie communiste). Quels sont donc les canaux de diffusion, les formes et les contenus de l'idéologie qui imprègne les sociétés démocratico-libérales ?

       ©  helene genet - http://bts-cge.eklablog.com   

     

    I - "La langue du pouvoir, le pouvoir de la langue" - Exercices pour la synthèse de documents

    Travail n°1 : Confronter 2 documents dans un tableau analythique

    Documents complémentaires :

    Le discours de Martin Luther King (28 août 1963)

    Un article du Monde.fr sur les similitudes entre les discours de Bush et de Hollande

    Travail n°2 : Lire et comprendre un texte d'idées / rédiger un paragraphe de synthèse

    Méthode :

    Développer ses idées et faire référence aux documents

     

    II - "La langue du néolibéralisme" - Exercices de décodage idéologique

    Traduire des expressions couramment employées par les politiciens et les médias / Analyser les techniques de la Novlangue

    Documents complémentaires :

    Franck Lepage : La langue de bois

    Le dictionnaire des Amis du Monde diplomatique

     

    III - "Le storytelling : du rêve à la manipulation" - Synthèse de documents

    Trois documents sur la crédulité des foules et le besoin d'histoires

     

       ©  helene genet - http://bts-cge.eklablog.com